Mise sur ce que ton corps peut faire, pas sur ce qu’il a l’air!

Mise sur ce que ton corps peut faire, pas sur ce qu’il a l’air!

Lorsque notre corps est notre outil de travail ou tout simplement lorsqu’on bouge, le poids et l’apparence peuvent devenir le centre d’attention et la cible de plusieurs types de commentaires. Et si on choisissait, tous ensemble, de diminuer l’importance accordée au poids et à l’apparence? Que pourrions-nous plutôt valoriser?

Crédit photo : Félix Renaud
Crédit photo : Félix Renaud

Qu’ils soient négatifs ou positifs, qu’on les entende, qu’on les pense ou qu’on les dise, les commentaires sur le poids et l’apparence peuvent nuire à l’estime de soi, à la confiance, à l’image corporelle, au plaisir de bouger et même à la performance!

Saviez-vous que l’insatisfaction corporelle peut notamment mener à la fois à une pratique excessive/non sécuritaire ou à l’opposé, à une diminution de la pratique d’activités physiques?

Au Québec plus de 1 jeune sur 2 est insatisfait de son apparence*.

Parmi les jeunes qui essaient de perdre ou de contrôler leur poids, 74% se sont déjà entraîné de façon intensive*.

L’obsession de la minceur, le regard des autres, ainsi que les doutes face à leurs capacités physiques sont notamment des obstacles importants à la pratique d’activités physiques des adolescentes**.

Notre corps nous permet de pratiquer des activités physiques et sportives pour le plaisir et pour le bien-être. Pourquoi ne pas utiliser cette opportunité pour miser davantage sur tout ce qu’il nous permet d’accomplir et d’exprimer au lieu de le restreindre à l’image qu’il projette? Ceci nous permettrait de vivre des émotions et une relation plus positive à l’égard de notre corps.

Que vous soyez un.e sportif.ve, un.e athlète, un parent, un.e intervenant.e en activités physiques, en sports et en loisirs ou non, voici 4 conseils pour miser sur ce que ton corps peut faire, pas sur ce qu’il a l’air!

 

1. Diminuons l’importance accordée au poids

Au lieu de mettre l’accent sur le poids, un déterminant sur lequel nous avons peu le contrôle, misons davantage sur d’autres éléments comme l’amélioration de la force, de l’endurance, de la technique, le sentiment de dépassement de soi, le plaisir de bouger et le bien-être ressenti!

 

2. Respectons l’unicité de chacun.e

Notre corps et celui des autres possède des qualités et des habiletés uniques qui lui permettent de bouger, de s’exprimer et de se dépasser. Tout le monde, peu importe son apparence, peut s’adonner à l’activité physique et au sport!

 

3. Commentons autrement

Valorisons notre corps et celui des autres pour tout ce qu’ils peuvent accomplir, pour leurs talents et leurs efforts plutôt que pour leur apparence. Commentons plutôt les qualités, les traits de personnalité et les attitudes qui nous définissent bien mieux!

 

4. Soyons des acteur.rice.s de changement

Nous pouvons tous contribuer à créer une société qui encourage le respect et l’acceptation de la diversité corporelle! Aidez-nous à inspirer le plus de gens possible en participant à la Semaine Le poids? Sans commentaire! :

  • Aimez et partagez les visuels (format GIF, format JPG) ainsi que la capsule vidéo sur vos réseaux sociaux en identifiant @ÉquiLibre.
  • Relevez le #défiÉquiLibre TikTok et partagez-le sur vos réseaux sociaux en identifiant @ÉquiLibre et invitez trois ami.e.s à faire de même. N’hésitez pas à faire un #duo TikTok avec nous.

 

Vous êtes un.e intervenant.e en activités physiques, en sports ou en loisirs ?  Téléchargez gratuitement notre outil de réflexion.

Et vous, qu’est-ce que votre corps

vous permet de faire?

Références :

*TRAORÉ, Issouf, Maria-Constanza STREET, Hélène CAMIRAND, Dominic JULIEN, Katrina JOUBERT et Mikaël BERTHELOT (2018). Enquête québécoise sur la santé des jeunes du secondaire 2016-2017. Résultats de la deuxième édition. La santé physique et les habitudes de vie des jeunes, [En ligne], Québec, Institut de la statistique du Québec, Tome 3, 306 p. [www.stat.gouv.qc.ca/statistiques/sante/enfants-ados/alimentation/sante-jeunes-secondaire-2016-2017-t3.pdf]

**Association canadienne pour l’avancement des femmes, du sport et de l’activité physique(1995). À chances égales : les adolescentes, le tabac et l’activité physique. Ottawa. 68 pages.