Au Québec, la prévalence de surplus de poids n’a jamais été aussi élevée. Cette situation préoccupante est à l’origine de nombreux problèmes de santé. Parallèlement, les Québécois sont de plus en plus nombreux à se préoccuper de leur poids, et ce peu importe leur âge et leur forme corporelle :

 

  • Dès l’âge de 5 ans, certains enfants sont insatisfaits de leur corps.
  • Le tiers des filles de 9 ans ont déjà essayé de perdre du poids.
  • Plus de la moitié des adolescents sont insatisfaits de leur apparence corporelle.
  • Près de trois femmes sur quatre veulent maigrir, et ce, peu importe leur poids.
  • Près d’un homme sur cinq est insatisfait de son poids.

 

Tout comme la problématique de l’obésité, cette insatisfaction corporelle n’est pas sans conséquence. Elle fait obstacle à l’adoption de saines habitudes de vie et amène plusieurs Québécois à adopter des comportements qui mettent leur santé à risque, aussi bien sur le plan psychologique, que physique.

ÉquiLibre met de l’avant une approche novatrice qui a comme objectif central la santé et le bien-être acquis en toute liberté par l’individu.

Cette approche s’appuie sur des fondements scientifiques reconnaissant que l’obésité est une condition multifactorielle dont la solution ne peut être unique.

Les initiatives qui en découlent ciblent à la fois les problèmes liés au poids et ceux liés à l’image corporelle.

Dans toutes ses initiatives, ÉquiLibre encourage :

  • L’adoption de saines habitudes de vie permettant à chacun d’atteindre son plein potentiel de santé;
  • Une relation positive à la nourriture exempte de comportements excessifs (restriction, compulsion, suralimentation) et d’attitudes négatives (culpabilité, honte);
  • L’écoute des signaux corporels de faim et de satiété;
  • L’acceptation de soi et la valorisation de soi basée sur d’autres facteurs que la forme de son corps;
  • L’affirmation de son autonomie et de son pouvoir sur sa vie relativement à sa santé;
  • L’appréciation positive de la diversité des tailles et des silhouettes au sein de la population;

 

Cette approche s’inspire des principes du nouveau paradigme sur le poids.

 

La puberté est une période critique pour le développement de l’image corporelle, car le corps subit plusieurs transformations en peu de temps, à un moment où le regard des autres revêt une grande importance. Chez les jeunes, une image corporelle négative fait obstacle à l’adoption de saines habitudes de vie et nuit à leur estime personnelle, et par conséquent à leur réussite éducative et à leur plein développement.
Voilà pourquoi ÉquiLibre souhaite amener les jeunes Québécois.es à développer une image corporelle positive en les encourageant à :
  • Adopter de saines habitudes de vie dans un objectif de plaisir et de bien-être;
  • Développer une relation positive avec la nourriture, l’activité physique et leur corps;
  • Accepter davantage leur corps et en apprécier son unicité, ses capacités et particularités;se valoriser sur d’autres facteurs que leur apparence ou leur silhouette et ainsi améliorer leur estime personnelle;
  • Apprécier et valoriser la diversité corporelle au sein de la société
L’organisme implique aussi activement les jeunes dans le changement des normes sociales de beauté, notamment grâce au prix ÉquiLibre.

L’approche traditionnelle axée sur le poids

vs

L’approche d’ÉquiLibre, inspirée du nouveau paradigme sur le poids

  • But : Atteindre un poids déterminé.
  • Progrès : Perte de poids
  • Alimentation : Manger de façon à maintenir ou à perdre du poids.
Choix des aliments :
Règles externes.
Aliments bons ou mauvais, permis ou défendus.
Tient peu compte des préférences de l’individu, monotone.
Notion de culpabilité.
Quantité :
Diminuer les apports en se fiant à des règles externes.
Privation, volonté

 

  • Activité physique : Bouger pour maintenir ou perdre du poids.
Il faut; je dois. Que j’aime ou pas.
Le corps est vu comme un objet à modeler. Notion de corvée.

 

  • Acceptation de soi : Peu abordée.
Je vais m’aimer quand j’aurai maigri….
Dépend de la perte de poids.

 

  • Attitude : Tout ou rien.
Hyper contrôle ou perte de contrôle.
Rigidité.

 

  • Succès : Atteinte du poids désiré.
  • But : Santé globale (physique et mentale)
  • Progrès : Amélioration graduelle des habitudes de vie et bien-être ressenti (physique et mental).
  • Alimentation : Manger pour nourrir son corps.
Choix des aliments
Libre choix. Je choisis…
Redonner à tous les aliments la place qui leur revient. Encourager à mieux connaître et à suivre ses goûts et préférences.
Notion de plaisir et de satisfaction.
Quantité
Apprendre à se faire confiance et à écouter son corps : écouter ses signaux physiologiques de faim et de satiété.
Identifier quand l’acte alimentaire répond aux émotions, à d’autres besoins ou à des stimuli externes.

 

  • Activité physique : Bouger pour me sentir bien.
Adopter un mode de vie physiquement actif.
Choisir des activités que l’on aime
Notion de plaisir.

 

  • Acceptation de soi : L’acceptation devient la clé du changement.
Acceptation du corps que l’on a, valorisation sur d’autres facteurs que l’apparence. Mise en perspective des diktats de la mode.

 

  • Attitude : Libre choix. J’ai le pouvoir.
Découvrir et mettre en pratique des moyens appropriés pour répondre à mes besoins.
Je me donne la permission.
Fluidité.

 

  • Succès : Santé globale (physique et mentale).
Respect de ses besoins et de ses désirs.
Accroissement de l’estime de soi.
Épanouissement de l’individu dans la collectivité.
Le nouveau paradigme sur le poids est basé sur une approche globale qui vise une amélioration de la santé sans miser sur la perte de poids à tout prix. L’approche est aussi connue sous le nom du « Health-At-Every-Size paradigm » (c’est-à-dire, la santé pour toutes les formes corporelles). Ainsi, cette approche offre une alternative saine aux méthodes plus traditionnelles qui comportent des risques pour la santé en plus d’être généralement inefficaces à long terme.

Ce nouveau paradigme repose sur deux concepts: l’acceptation de soi, et l’arrêt des diètes.
  • L’acceptation de soi se décrit comme la connaissance de soi, de ses forces et faiblesses, et ce, afin de développer l’estime de soi et la motivation nécessaires à l’amélioration de sa santé;
  • La notion d’arrêt des diètes permet quant à elle de se recentrer sur l’écoute des signaux corporels de faim et de satiété, tout en misant sur le plaisir de manger et de bouger.

L’adoption de saines habitudes de vie ne sert pas à perdre du poids, mais plutôt à améliorer la santé et le bien-être, en faisant partie intégrante du mode de vie.  L’approche mise également sur  l’empowerment qui permet de redonner à la personne le contrôle sur sa vie, entre autres en développant son estime de soi, son sentiment d’efficacité personnelle. La personne est donc amenée à analyser elle-même la situation et à déterminer les solutions qui lui conviennent le mieux.