Qu’est-ce que la grossophobie et comment se manifeste-t-elle dans ma vie ?

Qu’est-ce que la grossophobie
et comment se manifeste-t-elle dans ma vie ?

La manière dont nous nous conduisons envers nous-mêmes et les autres, dans toutes les situations de notre vie, a un grand impact sur notre santé et notre bien-être. Malheureusement, nos relations humaines sont parfois influencées par des éléments négatifs tels que la grossophobie. Mais qu’est-ce que la grossophobie au juste ? Pourquoi est-ce si important de la reconnaître dans notre quotidien et d’être conscient.e de ses impacts ?

Une réalité qui n’est pas sans répercussions sur notre santé

De manière générale, la grossophobie décrit les attitudes et les comportements stigmatisants envers les personnes grosses*. Elle trouve sa source dans le culte de la minceur et se nourrit de stéréotypes et de préjugés négatifs à l’égard des personnes ayant un poids considéré comme étant « trop élevé ».

Cette stigmatisation provoque de nombreuses conséquences sur la santé physique et mentale des personnes qui l’expérimentent. Par exemple, elle peut entraîner un stress important, une mauvaise estime de soi, ou encore une relation troublée avec l’alimentation (1,2).

Quand les jugements proviennent … de soi-même

Saviez-vous que la grossophobie peut influencer notre relation avec notre corps, c’est-à-dire la manière dont on se perçoit ? Vous est-il déjà arrivé de vous sentir coupable parce que vous aviez pris quelques kilos ? De ne pas pleinement profiter de certains moments importants de votre vie parce que vous portiez un jugement négatif sur votre poids ou craigniez que les autres le fassent ? Ces différents éléments relèvent de la grossophobie intrapersonnelle, qui est dirigée envers soi-même. Pour les femmes, cette pression est encore plus forte en raison des attentes de la société.

Quand les jugements proviennent … des autres

La grossophobie peut aussi se manifester dans les relations que l’on entretient avec les autres. Commentaires inappropriés (moqueries, insultes), exclusion ou même agressions physiques sont des manifestations de la grossophobie interpersonnelle.  De nombreuses personnes grosses sont fréquemment victimes de cette discrimination. Certaines rapportent même être traitées différemment par des professionnel.le.s de la santé à cause de leur corpulence.

Un phénomène ancré dans nos milieux de vie

Notre société n’est pas construite de manière inclusive pour toutes les tailles, et c’est pour cela que l’on parle de grossophobie institutionnelle. Dans les magasins, l’offre limitée des vêtements est un bon exemple. De plus, le mobilier urbain, les transports en commun, les salles de spectacle ou de classe ne permettent pas à tou.te.s de s’asseoir confortablement. Cette situation rend difficile l’accès aux services et loisirs pour les personnes de taille plus importante.

Enfin, les représentations médiatiques des personnes grosses perpétuent également des préjugés et des croyances erronées à leur égard.

Ainsi, au quotidien, dès le premier regard que nous jetons à notre miroir, jusqu’à la dernière publication que nous « likons » sur les réseaux sociaux avant de nous coucher, en passant par nos relations au travail, nous pouvons être confronté.e.s à de la grossophobie.

Alors que faire ?

Pour faire face à ce phénomène, il faut d’abord être conscient.e de nos propres préjugés et des nombreux stéréotypes qui existent envers les personnes grosses. Depuis quelques années, on en entend de plus en plus parler et il faut que ça continue ! S’informer, initier la discussion et éduquer nos proches sont des actions qui nous permettent tou.te.s, à notre façon, de prendre part au changement des normes sociales.

À cet égard, la Coalition Poids a initié un Groupe de travail provincial sur les problématiques du poids qui a publié un manifeste pour des communications plus saines sur les problématiques reliées au poids.  

Et vous, que pourriez-vous faire dès maintenant pour diminuer les impacts de la grossophobie dans votre quotidien ?

* L’adjectif « grosse » est utilisé comme qualificatif pour définir la grosseur, sans connotation négative.

(1) Rubino F., Puhl RM., Cummings DE., et al. (2020). Joint international consensus statement for ending stigma of obesity. Nat Med,26(4):485-497. doi:10.1038/s41591-020-0803-x

(2) Puhl, R. (2021). Grossophobie : un phénomène mondial aux conséquences néfastes pour tous. The Conversation. Repéré au https://theconversation.com/grossophobieun-phenomene-mondial-aux-consequences-nefastespour-tous-162155