Comment ne pas se laisser influencer par la culture des diètes pendant la pandémie?

Comment ne pas se laisser influencer par la culture des diètes pendant la pandémie?

Cela ne date pas d’hier que l’industrie des diètes nous encourage à changer notre apparence pour atteindre un modèle unique de beauté. Le but? Nous inciter à acheter leurs produits!

Nos habitudes de vie ont été chamboulées depuis le début de la pandémie. Dans ce contexte, cette industrie en profite plus que jamais pour mettre l’emphase sur la nécessité de contrôler son corps AVANT le retour à la normale. Le message est souvent le même : « Votre corps n’est pas adéquat. Vous devez changer. » Être exposé.e à ce genre de discours ne permet pas de développer une relation positive avec son corps et contribue à l’insatisfaction corporelle.

Alors, comment faire pour distinguer ces messages parfois subtils et choisir des options plus bienveillantes?

Comment identifier les messages issus de la culture des diètes?

La culture des diètes sous-entend que :

  • pour être en santé, on doit correspondre à une certaine apparence;
  • perdre du poids est une façon de prendre soin de notre santé;
  • on est moralement bon.ne ou mauvais.e selon notre poids et notre apparence;
  • on doit suivre un rythme d’entraînement précis pour réussir (fréquence, durée, intensité);
  • on ne devrait pas arrêter de s’entraîner lorsqu’on ressent de la douleur et qu’il n’est pas nécessaire d’être à l’écoute de nos besoins;
  • le fait de pousser notre corps à ses limites est le seul moyen d’avoir un entraînement efficace;
  • notre corps doit s’affermir lorsqu’on s’entraîne, et que si cela n’arrive pas, c’est parce qu’on doit faire quelque chose de mal;
  • il nous faut absolument acheter un produit pour avoir une bonne estime de soi, sinon on restera malheureux.euse;
  • bouger est une punition pour être gros.se (ou une motivation pour ne pas le devenir) et non pour nous procurer du plaisir ou pour se dépasser.

Comment éviter de tomber dans le piège de la culture des diètes?

Pour ne pas se laisser envahir par ces messages, vous pouvez dès maintenant faire un ménage des comptes que vous suivez sur les réseaux sociaux. Y repérez-vous des messages typiques de la culture des diètes nommés plus haut? Si oui, comment cela vous fait-il sentir? Choisissez des comptes qui proposent des messages inclusifs, qui encouragent la diversité corporelle et la bienveillance et qui ne vous font pas sentir mal d’être qui vous êtes.

Si vous voulez recommencer à bouger, choisissez des programmes ou des entraîneur.e.s qui ne mettent pas l’emphase sur le poids et l’apparence et qui respectent vos besoins ainsi que vos limites. Choisissez des activités physiques qui vous plaisent. Soyez attentif.ve aux signaux que votre corps vous envoie plutôt qu’aux messages externes auxquels vous êtes exposé.e. Entourez-vous de personnes qui comprennent votre démarche et qui respectent votre désir de ne pas discuter de produits amaigrissants.

Choisir une option plus bienveillante

Il est tout à fait normal de vivre des fluctuations de poids pendant la période que nous vivons actuellement. Cela peut toutefois créer de l’anxiété et la crainte de prendre du poids. Cette situation peut aussi pousser certaines personnes à utiliser des méthodes issues de la culture des diètes pour contrôler leur corps. Les programmes d’entraînements intenses promettant un changement corporel rapide n’ont pas un taux de succès très élevé et ce n’est pas pour rien! Il est très difficile de les suivre. De plus, ils engendrent du surentraînement, de la fatigue, de l’ennui et apportent peu de plaisir.

Tentez plutôt de lâcher prise sur votre poids et de ne pas mettre l’accent sur les résultats physiques lorsque vous bougez.

Allez-vous essayer de faire le ménage dans les messages que vous recevez de la culture des diètes? De quelle façon?