Le Père Noël devrait-il maigrir ?

Le Père Noël devrait-il maigrir ?

Pour de nombreux enfants (et adultes!), la période des Fêtes ne serait pas ce qu’elle est sans le Père Noël. Ce personnage emblématique continue, année après année, de réchauffer nos cœurs et d’ajouter à la magie de Noël!

Au cours des dernières années, un malaise semble toutefois s’être installé par rapport à son bedon si caractéristique. Dernièrement, on a même porté à mon attention quelques contes de Noël, revisités afin d’inculquer au Père Noël de meilleures habitudes de vie dans le but de faire diminuer son tour de taille.

 

La fin des biscuits et du verre de lait?

En me penchant sur la question, j’ai réalisé qu’elle avait fait l’objet d’un article d’analyse dans le British Journal of Medecine en 2009. Selon les auteurs, les comportements, ainsi que l’image publique du Père Noël iraient à l’encontre des messages de santé publique.

Mais que savons-nous des habitudes de vie du Père Noël? À ma connaissance, tout ce qu’on en connaît concerne la nuit de Noël. C’est bien peu pour en tirer des conclusions! Le fait de manger des biscuits et un verre de lait ne me semble pas si terrible, et on ne parle ici que d’une nuit par année. Le Père Noël se déplace en traîneau, mais il doit descendre et remonter par la cheminée (ou le toit) de chacune des maisons de la planète, les bras chargés de cadeaux, et ceci à l’intérieur de 24 heures!

Quand on y pense, la nuit de Noël a tout d’un exploit sportif! Le Père Noël ferait-il partie de ces personnes qui, malgré leur style de vie actif, sont en surpoids? Car oui, il est possible d’être en surpoids et en santé… de plus en plus d’études le démontrent.

Personnellement, je n’ai jamais entendu un enfant citer le Père Noël comme raison pour obtenir un deuxième biscuit, pas plus que le lapin de Pâques pour obtenir sa ration de chocolat! Mais quel message les enfants retiendront-ils de ces contes revisités où l’on fait maigrir le Père Noël? Qu’il n’est pas acceptable d’avoir un corps différent des autres? Qu’ils devraient eux aussi se mettre au régime ou chercher à contrôler leur poids?

Sérieusement, avons-nous vraiment besoin d’un autre héros mince et musclé?

 

Le Père Noël… le dernier des (gros) héros?

Certes, le Père Noël a un rôle d’influence indéniable auprès des enfants. Pour cette raison, je trouverais inacceptable de le retrouver dans une publicité, une canette de Redbull ou une barre Oh Henri à la main.

On veut utiliser sa cote de popularité pour encourager les enfants, en plus d’être sages, à prendre soin de leur santé? No problemo! Mais ce n’est pas de cela dont il est question ici. En fait, ce qu’on reproche surtout au Père Noël, c’est son physique. Et parce qu’il est gros, on lui prête nécessairement de mauvaises habitudes, comme celles de mal manger et d’être paresseux.

Ceci n’est pas surprenant, car l’excès de poids est jugé très sévèrement dans notre société et plusieurs préjugés persistent à l’égard des personnes en surpoids. À la télévision ou dans les contes pour enfants, les personnes en surpoids ne sont généralement pas les héros.ïnes. Au mieux, ils.elles y incarnent le.la meilleur.e ami.e maladroit.e et innocent.e; au pire, le rôle d’un.e méchant.e (pensez à la méchante dans la Petite Sirène!).

Pensez-y, êtes-vous en mesure de trouver un seul autre personnage connu des enfants en surpoids et présenté de façon 100 % positive… à part le Père Noël?

N’est-il pas dommage de renforcer l’un des préjugés les plus importants de notre société en utilisant le dernier héros des enfants n’entrant pas dans le moule?

Oui, le Père-Noël est gros. Mais c’est avant tout un homme joyeux et chaleureux, qui sème le bonheur et la magie autour de lui. Il est bienveillant envers tous, peu importe notre origine, notre âge ou notre apparence, et sait même parler plus de 6000 langues!

Pourquoi diable voudrions-nous le changer?

Au nom de toute l’équipe d’ÉquiLibre, je vous souhaite un très joyeux Noël et une heureuse année. Nous vous souhaitons de profiter pleinement des beaux moments qui se présenteront à vous et ce, sans culpabilité!

Références :

Nathan J Grills (2009). Santa Claus: a public health pariah?, British Medical Journal (BMJ), 2009; 339:b5261.

Glen E Duncan (2010). The « fit but fat » concept revisited: population-based estimates using NHANES, International Journal of Behavioral Nutrition and Physical Activity, 7:47.

Susann Blüher & Peter Schwarz (2014). Metabolically healthy obesity from childhood to adulthood — Does weight status alone matter?, Metabolism – Clinical and Experimental, Vol. 63 Iss. 12, December 2014.