Comment favoriser un environnement social sain et bienveillant autour de soi?

Comment favoriser un environnement social sain et bienveillant autour de soi?

La publicité est omniprésente dans notre environnement et a une forte influence sur nos perceptions de nous-mêmes. Par exemple, l’exposition répétée aux images présentant des standards de beauté irréalistes, que ce soit à la télé, sur les réseaux sociaux, dans les magazines ou sur les panneaux publicitaires, affecte négativement la relation que bien des gens entretiennent avec leur corps et avec la nourriture. Il y a des actions possibles pour limiter l’impact négatif de ce type d’environnement, tel qu’éviter de regarder certains magazines, sites web ou émissions de télé, mais on peut difficilement être complètement immunisé face aux photos, vidéos et messages qui nous amènent constamment à nous questionner sur notre apparence et nos comportements alimentaires. Bien que plusieurs éléments de l’environnement qui nous entoure soient hors de notre contrôle, nous avons néanmoins le pouvoir de contribuer à créer un environnement social sain et bienveillant dans notre entourage : que ce soit dans notre famille, notre cercle d’amis et/ou notre milieu de travail. 

Est-ce que j’ai vraiment, à moi seule, un impact sur l’environnement social autour de moi?

Nous avons tous le pouvoir d’agir sur l’environnement social que nous créons autour de nous, notamment par le type de discours et de messages que nous entretenons en lien avec le corps et la nourriture. Nos paroles et nos actions ont une énorme influence sur le type d’environnement social dans lequel évoluent nos familles, nos amis et nos collègues. À chaque fois qu’on fait un commentaire sur le poids ou la silhouette d’une personne, on contribue à créer une culture ambiante qui sous-entend « Ici, on juge les gens par leur apparence ». Il est de la responsabilité à tous de réfléchir aux messages que nous véhiculons autour de nous et qui peuvent contribuer à créer un climat de pression et de tension par rapport à la relation au corps et à la nourriture. Par exemple, un compliment à une collègue qui a rapidement repris sa taille après sa grossesse, même si fait avec l’intention de la féliciter, peut faire en sorte qu’une autre collègue enceinte ressente l’énorme pression de devoir retrouver elle-aussi sa taille rapidement pour pouvoir bénéficier du respect et de l’acceptation de ses collègues.

 

Quels sont des idées concrètes pour favoriser un environnement social sain et bienveillant dans son entourage?

Nous pouvons tous être des agents positifs de changement dans nos cercles sociaux. Nous pouvons, par exemple, éviter ou réorienter toute conversation qui concerne l’apparence et le comportement alimentaire des gens. Nous pouvons aussi faire l’effort de remplacer les commentaires sur le poids par des remarques axées sur le bien-être et le plaisir. Par exemple, au lieu de complimenter la perte de poids d’une amie qui a commencé à jogger, on peut souligner à quel point elle a l’air de prendre plaisir à cette activité et commenter qu’elle semble débordante d’énergie. Finalement, dans notre discours personnel, nous pouvons remplacer les « Il faut » et les « Je dois » par des « Je choisis ». Donc si je ne suis pas disponible pour dîner avec une amie, ce n’est pas parce que « je dois aller m’entraîner le midi », mais bien parce que « je choisisde m’entraîner le midi ». Ainsi, on envoie le message que le choix, le plaisir et le bien-être sont la source de nos actions!