Bien dans sa tête, bien dans sa peau

Problèmes de poids et d'image corporelle chez les jeunes

 

Le saviez-vous ?

  • 45 % des enfants de 9 ans (garçons comme filles) sont insatisfaits de leur silhouette3,4 ; 
  • 35 % des jeunes filles de 9 ans ont déjà tenté de perdre du poids2 ;
  • Environ un jeune sur deux au secondaire est insatisfait de son corps1 ;
  • Environ un jeune sur cinq au secondaire est en surpoids1 ;
  • Les deux tiers des jeunes qui tentent de perdre ou de contrôler leur poids ont eu recours  à au moins une méthode qui présente un potentiel de dangerosité pour la santé (p. ex. : suivre un régime, jeûner, se faire vomir. sauter des repas, s'entraîner de façon excessive, etc.).2

 

 

Une double problématique

Au Québec, la prévalence de surplus de poids n’a jamais été aussi élevée. Cette situation préoccupante est à l’origine de nombreux problèmes de santé et mérite qu’on s’y attarde. Par ailleurs, notre société valorise des modèles de minceur féminine et de supermusculature masculine qui ne correspondent pas à la réalité du corps humain, résultant en une insatisfaction corporelle quasigénéralisée.

 

Cette préoccupation à l’égard de la silhouette, du poids ou de l’apparence teinte le rapport que les individus entretiennent avec le corps, la nourriture et la pratique d’activités physiques. Les jeunes qui grandissent dans ce contexte vivent eux aussi de l’insatisfaction à l’égard de leur corps, d’autant plus qu’ils sont à une période où celui-ci subit plusieurs transformations en peu de temps et où le regard des autres revêt une grande importance. En se lançant dans la quête du corps « parfait », les jeunes adoptent trop souvent des comportements qui mettent leur santé à risque, aussi bien sur le plan psychologique que physique.

 

Chez les jeunes, l’insatisfaction corporelle est associée à une baisse de l’estime de soi5, à la dépression, à la détresse psychologique6, aux pensées suicidaires et au décrochage scolaire7. Elle fait aussi obstacle à l’adoption de saines habitudes de vie et entraîne des comportements malsains visant à contrôler le poids. Selon plusieurs auteurs, les jeunes qui utilisent des méthodes de contrôle du poids seraient même plus susceptibles de développer un surpoids en vieillissant8.  

 

 

D'où provient cette pression de se conformer à un «idéal» de beauté ?

Pourquoi en arrive-t-on, dès l’adolescence, à vivre son quotidien avec la peur de grossir ou le désir d’avoir un corps différent, svelte, musclé, «bien découpé», etc. ? Qu’est-ce qui rend son poids et sa silhouette si importants au point de s’en soucier de façon démesurée ?

 
L’insatisfaction corporelle d’un jeune ainsi que les comportements qui en découlent sont le fruit de l’influence réciproque des multiples systèmes qui composent son environnement. 
 
Nous pouvons nous inspirer du modèle écologique9 pour illustrer comment les normes sociales de minceur se forgent et en viennent à exercer une pression sociale sur l’individu ou, dans le cas présent, sur le jeune (figure ci-dessous). 
 
                                                                           
Composantes de l'écosystème qui contribuent au façonnement des normes sociales de minceur, ÉquiLibre 2015
 
Le jeune est d’abord influencé par le microsystème dans lequel il vit, qui comprend sa famille, ses amis, les membres de sa communauté et ses milieux de vie (p. ex. : école, organismes de loisirs ou communautaires). Des études rapportent que la pression sociale, notamment celle exercée par les pairs, constitue un déterminant fondamental de l’insatisfaction corporelle chez les jeunes10. Les parents et les autres adultes jouant un rôle significatif peuvent également exercer une influence sur le développement de l’image corporelle des jeunes11
 
Les composantes du macrosystème et de l’exosystème exercent une influence à la fois sur le jeune et sur le microsystème. Elles représentent les environnements avec lesquels le jeune n’a pas d’interactions directes, mais dont l’ensemble des croyances, des valeurs et des idéologies peuvent néanmoins l’influencer. Le modèle de beauté irréaliste véhiculé par l’industrie de la mode, de la publicité et des médias est reconnu pour jouer un rôle important dans le développement de l’image corporelle12,13. Les nombreuses publicités de produits et de services amaigrissants, les préjugés à l’égard du poids, le discours médical qui encourage l’atteinte d’un poids santé ainsi que les valeurs de notre société qui associent la minceur au bonheur, à la performance et la réussite sont également des facteurs qui façonnent les normes sociales de minceur. Très tôt, les enfants intègrent ces valeurs et, tranquillement, elles se taillent une place dans leur vie, et ce, à mesure que l’enfant socialise au sein de sa famille, à l’école, à son cours de soccer ou de gymnastique, etc. 
 
Ces systèmes constituent en quelque sorte le cadre de référence socioculturel qui forge les normes sociales et qui dicte les règles de conduite et les attitudes à adopter à l’égard du corps. Enfin, le jeune, tout comme les membres de son entourage, exerce lui aussi une influence sur l’ensemble de l’écosystème.
 
Ainsi, la compréhension de la problématique grandissante de l’insatisfaction corporelle ne doit pas se limiter à l’étude de l’environnement immédiat d’un jeune, mais doit inclure les différents environnements dans lesquels il évolue. Il importe donc de prendre en considération de multiples variables dans l’analyse de cette problématique afin de planifier des interventions systémiques qui ciblent les différentes composantes des environnements.

Références :

1. PICA, L.A., I. TRAORÉ, F. BERNÈCHE et autres, Enquête québécoise sur la santé des jeunes du secondaire 2010-2011. Le visage des jeunes d’aujourd’hui : leur santé physique et leurs habitudes de vie, Tome 1, Québec, Institut de la statistique du Québec, 2012, p. 256. 

2. LEDOUX, M., L. MONGEAU et M. RIVARD, « Poids et image corporelle » dans l’Enquête sociale et de santé auprès des enfants et des adolescents québécois 1999, Québec, Institut de la statistique du Québec, 2002.  chapitre 14, p. 311-344.

3. DAVIDSON, KK., CN. MARKEY and LL. BIRCH, «Etiology of body dissatisfaction and weight concerns among 5-year-old girls». Appetite. 2000, Oct, vol. 35, no2, p.143-151. 

4. RICCIARDELLI, LA, MCCABE, MP., «Children's body image concerns and eating disturbance: a review of the literature». Clin Psychol Rev. 2001 Apr, vol. 21, no 3, p.325-344. Review.

5. VAN DEN BERG, P.A., J. MOND, M. EISENBERG et autres, « The link between body dissatisfaction and self-esteem in adolescents: Similarities across gender, age, weight status, race/ethnicity, and socioeconomic status », Journal of Adolescent Health, 2010, vol. 47, no 3, p. 290- 296. 

6. ALMEIDA, S., M. SEVERO, J. ARAUJO et autres, « Body image and depressive symptoms in 13-year-old adolescents », Journal of Pediatrics and Child Health, 2012, vol. 48, no10, p. E165–E171. 

7. HUANG, C., « Self-concept and academic achievement: A meta-analysis of longitudinal relations », Journal of School Psychology, 2001, vol. 49, no 5, p. 505-528.

8. NEUMARK-SZTAINER, D., WALL, M., STORY, M. et STANDISH, A.R., “Dieting and unhealthy weight control behaviors during adolescence: Associations with 10-year changes in Body Mass Index”. Journal of Adolescent Health. 2012, vol. 50, no1 p. 80-86.

9. BRONFENBRENNER, U., The ecology of human development: Experiment by nature and design. Cambridge: Harvard University Press, 1979.

10. HELFERT, S. et WARSCHBURGER, P., «  A prospective study on the impact of peer and parental pressure on body dissatisfaction in adolescent girls and boys». Body Image, 2011, vol. 8, no2, p. 101-109.

11. QUILES MARCOS Y., QUILES SEBASTIÁN, M.J., PAMIES AUBALAT, L., BOTELLA AUSINA, J. et TREASURE, J.,  « Peer and family influence in eating disorders: A meta-analysis». European Psychiatry, 2013, vol.28, no4, p.199-206.

12. GRABE, S., WARD, L.M. et HYDE, J.S., «The role of the media in body image concerns among women: A meta-analysis of experimental and correlational studies ». Psychological Bulletin, 2008, vol.134, no3 p. 460–476.

13. LÓPEZ-GUIMERÀ, G., LEVINE, M.P., SÁNCHEZ-ARRACEDO, D. et FAUQUET, J., « Influence of mass media on body image and eating disordered attitudes and behaviors in females. A review of effects and processes». Media Psychology, 2010, vol.13, no4 p. 387–416.