« Retour à la liste Avisez-moi lorsqu’un nouveau billet de blogue est publié

Blogue d'ÉquiLibre

L’image corporelle : une cible incontournable dans la lutte contre l’intimidation

Par Fannie Dagenais, Dt. P., M. Sc., directrice générale

15 septembre 2014

Le 2 octobre 2014, le premier ministre du Québec, Philippe Couillard, présidera le Forum sur la lutte contre l’intimidation. Ce forum a pour objectif de mobiliser les acteurs concernés et de dégager les orientations et les pistes d’action d’un plan concerté de lutte contre l'intimidation.

 

Cette nouvelle coïncide  avec le dévoilement des résultats d’une étude menée par l’Association pour la santé publique du Québec (ASPQ) et l’Université du Québec en Outaouais,  portant sur la stigmatisation à l’égard du poids en milieu scolaire. Selon cette étude, près de 60% des jeunes considèrent que les élèves de leur école se font traiter de noms, taquiner ou intimider par rapport au surpoids.

 

 

Le culte de la minceur : un terrain fertile pour les actes d’intimidation

 

Au Québec, 50 % des jeunes sont insatisfaits de leur image corporelle : on ne parle pas de cas isolés, mais bien d’un véritable phénomène de société! À l’ère des photos retouchées et des modèles de beauté irréalistes, être bien dans sa peau constitue un défi pour chacun d’entre nous. Le défi est encore plus grand pour un adolescent, avec un corps en pleine transformation qui souhaite, plus que tout, faire partie de la gang... Dans ce contexte, le poids et l’apparence deviennent des cibles faciles pour les actes d’intimidation.

 

 

37% des jeunes croient que le poids est la raison principale pour laquelle
les jeunes se font intimider à l’école.

 

Malheureusement, cette donnée ne surprendra personne. En effet, les préjugés envers l’obésité sont fortement répandus dans notre société et les commentaires ou moqueries sur le poids sont complètement banalisés. Si bien que 38 % des adolescentes disent recevoir des commentaires négatifs sur leur poids de la part de leur fratrie, de leurs amis ou de leurs parents. Ces commentaires, qui ne sont pas toujours faits dans le but de blesser, peuvent pourtant miner la confiance et l’estime de soi des jeunes. Le fait qu’ils soient fréquents et banalisés envoie le message qu’il est acceptable de se moquer de la silhouette ou de l’apparence d’une personne.

 

 

Conséquences de l’intimidation sur l’image corporelle et les habitudes de vie

 

La stigmatisation à l’égard du poids ou de l’apparence, tout comme les actes d’intimidation peuvent avoir des répercussions dévastatrices sur l’image corporelle, l’estime de soi et le bien-être de celui qui les subit. Les jeunes victimes sont également plus à risque d’adopter des comportements nuisibles pour leur santé, comme s’imposer des restrictions alimentaires ou sauter des repas pour contrôler leur poids. Selon l’étude menée par l’ASPQ et l’Université du Québec en Outaouais, 47% des jeunes qui se sont fait intimider à cause de leur poids affirment être devenus obsédés par celui-ci. Par ailleurs, les jeunes victimes de stigmatisation à l’égard du poids sont plus susceptibles d’éviter ou de moins participer aux activités physiques.

 

 

 

Comment renverser la vapeur?

 

Comme société, nous nous devons d’aider nos jeunes à s’ouvrir à la différence, à remettre en question le modèle unique de beauté de notre société ainsi que les préjugés envers l’obésité. Ces questions doivent être abordées non seulement à l’école, mais également dans nos foyers. Nous avons aussi le devoir, en tant que parents, intervenants et enseignants, de nous questionner sur nos propres valeurs. Car il est bien possible que, sans le vouloir, nous contribuions parfois nous-mêmes à véhiculer certains préjugés…

 

Vous voulez agir dans votre milieu?

 

 

  • Les résultats de l’étude menée par l’Association pour la santé publique du Québec (ASPQ) et l’Université du Québec en Outaouais sont présentés au www.changezderegard.com.

 


1.CHANGEZ DE REGARD. « Étude menée en 2013-2014 par l’Association de la santé publique du Québec et l’Université du Québec en Outaouais auprès de 824 adolescents âgés entre 14 et 18 ans fréquentant une école secondaire des régions participantes », [En ligne],2014. [http://www.changezderegard.com/] (15 septembre 2014)

2. Pica, L.A. et coll. (2012). Enquête québécoise sur la santé des jeunes du secondaire 2010-2011. Le visage des jeunes d’aujourd’hui : leur santé physique et leurs habitudes de vie, Tome 1, Québec, Institut de la statistique du Québec, 256 p.

3. Blackburn, M.-E., Dion, J., & Ross, A. (2009). Évolution de l’estime de soi et de l’insatisfaction de son image corporelle de 14 à 18 ans. Acte du 29e Colloque de l’Association québécoise de pédagogie collégiale, 77-86.

Commentaires

* :
:
:
* :